La difficile fuite des normaliens tentés par le privé

Posted on

Par Rudy Degardin

Publié le 19/08/2022 à 18:54, Mis à jour hier à 12:59

L’ENS Paris (campus Jourdan). THOMAS SAMSON/AFP

DÉCRYPTAGE – Une minorité des élèves du plateau de Saclay, de Lyon, ou de la rue d’Ulm est confrontée à un dilemme: taire son envie de partir ou faire face à l’hostilité de l’administration et de certains camarades.

À l’heure où les élèves se préparent à regagner leurs écoles du plateau de Saclay, de Lyon, de Rennes, ou de la rue d’Ulm, une minorité de normaliens, tentée de bifurquer vers le privé, est confrontée à un dilemme: taire son envie de partir ou faire face à l’hostilité de l’administration et de certains camarades.

Pour Antoine*, intégrer le master d’économie de l’ENS Paris-Saclay était une évidence. «Les professeurs de prépa nous vendaient l’école comme le Saint-Graal. On nous parlait de débouchés incroyables sans nous expliquer la réalité de la recherche.» Aujourd’hui, à 25 ans, il souhaite changer de cap et intégrer une entreprise privée. Mais, durant ses quatre années d’études, il a été rémunéré, en tant qu’élève fonctionnaire, environ 1300 euros par mois. Ce salaire l’oblige, en principe, à se soumettre à un «engagement décennal», autrement dit à travailler dans la fonction publique six années après sa formation. S’il décide de «pantoufler», c’est-à-dire de quitter le service public…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services